Case 1 - Une belle journée pour mourir
notation: +2+x

Son briquet glissa, lui brûlant une fois de plus le bout des doigts. Dehors, la pluie battait contre les murs de métal. Avec le mouvement de l'engin infernal, impossible d'allumer une clope sans se cramer la moitié de l'épiderme.

Putain de mission.

OK, elle avait clairement signé pour ça, aucun souci. Les heures d'entraînement interminables, les conversations insipides à la cafétéria, le poids de son arme sur ses cuisses… Pas de problème. Mais pouvoir allumer une clope c'était le minimum syndical, non ?

Le véhicule bougeait tellement qu'elle se croyait presque sur un de ces manèges à sensations fortes pour adolescents décérébrés. Sauf qu'elle n'était pas une adolescente, elle était intelligente et le véhicule n'avait rien d'un manège.

Les sensations étaient fortes, brutales, animales, mais bien plus gratifiantes qu'un simple rush d'adrénaline sur des montagnes russes.

La pluie tapait encore plus fort.

Son briquet glissa encore.

Chaque pierre, chaque irrégularité sur le terrain faisait tressauter la machine. Et lui brûlait les doigts. Le trajet promettait d'être long.

Inexorablement, elle continua à tenter d'obtenir sa dose de nicotine. Chaque brûlure sur ses mains lui rappelait combien c'était un défi à relever. Elle était un soldat, forte, indépendante…
Et une cigarette lui tenait tête.

L'arme sur ses genoux glissa et heurta le sol dans un vacarme épouvantable. Tous les autres tournèrent leur regard vers elle, et elle se contenta de ramasser sa possession. Cette fois-ci, elle passa la sangle autour de son buste. C'était moins pratique mais comme ça elle était sûre de ne plus avoir 10 regards braqués sur elle pour un incident mineur. Abaissant son regard vers sa main, elle fixa quelques instants le briquet, et d'un vif mouvement du poignet elle tenta une dernière fois d'allumer sa cigarette.

La carotte, s'illuminant faiblement, lui arracha un sourire satisfait.

Tirant un peu sur sa clope, elle laissa échapper un petit soupir satisfait. Elle avait gagné son défi, aussi stupide pouvait-il paraître.

Le véhicule s'immobilisa.

De l'autre côté de l'habitacle, le chef hurla quelque chose. Ils étaient arrivés à destination, les choses sérieuses allaient commencer. Elle se leva, la cigarette entre les dents et l'arme au bras.

La pluie était diluvienne et le brouillard masquait la ligne d'horizon, faisant apparaître l'objectif comme une sorte de monstre s'extrayant de la brume. Avançant vers la sortie, elle sentit le vent balayer son visage. D'un coup d'épaule mal placé, un de ses coéquipiers la fit sortir de l'engin et sa cigarette plongea dans la boue.

Et merde.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License