Le manipulateur manipulé
notation: +1+x

Le bip lancinant commençait à lui courir sur les nerfs. Elle jeta un coup d'oeil rapide à la personne qui se tenait dans le lit d'hôpital puis partit en claquant la porte. Elle croisa dans les couloirs le médecin et lui demanda d'une voix monotone :

"Alors ? Quel est la diagnostic ?
- Nous n'en savons rien pour l'instant. Nous attendons encore les résultats du scanner mais la piste de l'empoisonnement est la plus probable."

Le regard glacial de Sophie se perdit dans le vide tandis qu'elle réfléchissait. Après un silence, elle le remercia froidement puis partit vers la cafétéria.

Raphaël ne mit pas longtemps avant de comprendre que quelque chose tracassait Sophie. Dorian le comprit lorsqu'il vit le regard soucieux de Raph' qui se posait sur elle. Mais que se passait-il ?
D'un simple regard, Raphaël fit comprendre à Dorian qu'il était plus à même de lui parler, il était à près tout le plus "humain".

Il se leva avec appréhension. Sophie le remarqua et soupira :

"J'imagine que vous voulez savoir ce qu'il se passe ?
- Si vous avez besoin de parler, je suis là, lui dit doucement Dorian."

Sophie réfléchit et son mutisme gêna Dorian qui se tourna vers Raphaël qui leva les mains, signe de son impuissance. Dorian se tourna à nouveau vers Sophie qui dit finalement d'une voix tremblante, ce qui ne manqua pas d'étonner ses deux collègues :

"Venez dans mon bureau. J'imagine que vous vous devez de savoir ce qu'il se passe."


Elle s'assit et les invita à faire de même. Elle demanda à Dorian :

"Vous connaissez mon dossier sur le bout des doigts, j'imagine ?
- Oui.
- Alors vous savez ce qu'il est arrivé à mon frère."

Raphaël fronça les sourcils, ne sachant pas ce qu'il se passait. Sophie leur expliqua l'arrivée plus qu'imprévue de son frère.

"Je comprends, compatit Raphaël."

En effet, Sophie pensait qu'il était le mieux placé pour comprendre mais Dorian était assez bien placé pour comprendre aussi.

"Mais, il n'était pas placé dans un foyer, demanda Raphaël.
- Jusqu'à sa majorité, oui. Mais il est autonome maintenant, son psy pense qu'il est capable de se conduire en adulte.
- Alors qu'il a tué toute ta famille ?"

La question de Raphaël demeura en suspend. Sophie repensa à ce qu'il s'était passé ce jour-là. Les flammes, la fumée, la respiration qui devenait de plus en plus brève, les cris… Cela ne lui faisait plus rien. Après tout, son cerveau ne parvenait plus à lui communiquer la moindre émotion.
Elle regarda ses deux collègues, tour à tour puis répondit :

"Il n'a pas été considéré comme trop dangereux.
- Mais, commença Dorian.
- Sur mon dossier, il est écrit qu'Adam est un pyromane, qu'il est… malade. Mais ce n'est pas ce qu'a pensé les autorités locales. Il a purgé sa peine, son psy l'a fait relâcher. Fin de l'histoire.
- Et que vient-il faire ici, demande Raphaël.
- Il vomit du sang, je crois que quelqu'un l'a empoisonné, expliqua-t-elle.
- Que comptes-tu faire, demanda Dorian."

Elle le regarda d'un air déterminé :

"Trouver le coupable et le lui faire payer. Je ne fais pas ça pour Adam qui est un connard doublé d'un meurtrier. Je fais ça pour que le coupable ne recommence pas et ne tue des innocents."

La ferveur de Sophie surprit Dorian qui oubliait que sa directrice, même si elle avait beau ne rien ressentir, avait un sens du devoir qui lui permettait de rester humaine.


Adam gémit. Sophie fit une moue agacée tandis que le docteur lui présentait le résultat des examens.
Oui, il avait bien été empoisonné mais il était sain et sauf.
L'intrus vit Sophie et sourit :

"Sophie… Je suis tellement content de te voir, ça fait si longtemps…
- La ferme. Dis-moi plutôt qui t'a fait ça, qu'on en finisse.
- Deux ordres contradictoires ? Tu n'as plus toute ta tête Soleil…"

Elle se rua sur lui et le saisit par le col :

"Ne m'appelle pas comme ça.
- Pourquoi, demanda-t-il avec arrogance.
- Parce que ce nom appartient au passé, tout comme toi."

Dorian arriva et, voyant la situation, força Sophie à lâcher Adam qui gémit une nouvelle fois.
Sophie regarda Dorian d'un air exaspéré. Il chuchota :

"Va prendre l'air, je vais l'interroger.
- Fais gaffe, il ment comme il respire.
- T'inquiète pas, j'ai l'habitude, la rassura-t-il."

Elle s'en alla, sans un regard pour son frère au grand dam de ce dernier.

"Nous voulons savoir qui t'a fait ça, demanda doucement Dorian.
- Heureusement que j'ai pu suivre à la trace le courrier envoyé à Sophie. Cela fait bien longtemps qu'elle n'habite plus dans son appartement. J'ai eu du mal mais avec un peu de patience, j'ai pu vous retrouver. C'est quoi cet endroit ?
- Réponds à ma question et je répondrai à la tienne, rétorqua Dorian."

Adam gémit encore une fois puis s'enfonça dans le lit d'hôpital.

"J'ai si mal, se plaignit-il.
- Tu es hors de danger. Ne t'inquiète pas, le rassura Dorian. Dis-moi qui t'a fait ça, qu'il puisse être puni."

Pas de réponse hormis un gémissement. Dorian ne savait pas quoi dire pour qu'Adam réponde enfin à la question, il ne voulait pas le brusquer. Ce n'était pas de l'avis de Raphaël qui déboula comme une furie et alla secouer Adam :

"Arrête ton cirque, Adam. On dirait un gosse qui pleurniche.
- Lâche-le, ordonna Dorian. Il est encore souffrant."

Raphaël soupira puis le lâcha. Il se tourna vers Dorian et lui dit sèchement :

"Il joue la comédie. Ne te fais pas avoir une nouvelle fois Dorian."

Ce dernier fronça les sourcils, ne comprenant pas le sens de cette phrase. Raphaël comprit son erreur et se maudit. Il s'en alla sans un mot. Adam se plagnait tandis que Dorian était plongé dans ses réflexions. Puis, soudain, Adam se redressa douloureusement et dit :

"Je sais pas qui m'a fait ça. Tout ce que je sais c'est qu'une fille m'a offert un verre au bar. Après, je me sentais pas très bien. Elle m'a juste dit qu'il fallait que ça soit fait, pour le bien de l'humanité."

Dorian haussa un sourcil puis demanda :

"Avait-elle un insigne sur elle, un logo ou quelque chose d'autre qui lui permettrait de l'identifier ?"

Le regard d'Adam se perdit dans la contemplation du sigle de l'Insurrection, placardé sur la porte de la chambre. Dorian suivit son regard et comprit :

"Les trois flèches allaient vers l'intérieur ?
- Oui, confirma Adam."

Dorian soupira. Et merde… La Fondation faisait des siennes. Il sortit et se rua vers le bureau de Sophie :

"C'est la Fondation.
- Une belle bande de merdeux, insulta Raphaël.
- Je vais prévenir le Haut-Commandement, prévint Dorian."

Sophie acquiesça tandis que Dorian appelait le commandement Alpha.


Dorian regardait le plafond, perdu dans ses pensées. Quelque chose ne tournait pas rond. Il posa sa tête contre le torse de Raphaël, cherchant un peu de repos mais rien n'y faisait, quelque chose clochait. Il se leva, réveillant Raphaël qui le regarda d'un oeil vitreux :

"Dorian ? Qu'est-ce que tu fabriques ?
- Je pense que ce n'est pas la Fondation, dit-il tout en se rhabillant.
- Hein ?"

Raphaël s'assit sur le bord du lit et fronça les sourcils :

"Qu'est-ce qu'il te fait dire ça ?
- Ce ne sont pas les méthodes de la Fondation. Pourquoi empoisonner Adam ?
- Parce que c'est le frère d'un directeur de cellule.
- A quoi bon ? Sophie ne tient pas à son frère et qu'est-ce que la Fondation obtiendrait hormis un désir de vengeance ? Et ce n'est pas le désir de vengeance qui manque ici…"

Raphaël réfléchit puis se laissa tomber sur le matelas :

"Si seulement Gab' était là… Il aurait su trouver la vérité en moins de deux.
- Mais il n'est pas là et je compte bien trouver la vérité.
- Je te suis, conclut Raphaël."


Le docteur qui s'occupait d'Adam vit arriver deux membres de la tristement célèbre cellule Arcanum au beau milieu de la nuit. Inutile de préciser qu'il frôla la crise cardiaque à ce moment-là.

"Que voulez-vous Docteurs Lightson et Henry ?
- Le poison était-il létal, demanda Dorian.
- Non, juste de quoi bien souffrir.
- Combien de temps a-t-il pu mettre pour agir, demanda à son tour Raphaël.
- Pas beaucoup de temps. Ce type de poison agit assez rapidement, il s'attaque à l'estomac. Je dirai cinq minutes, pas plus."

Dorian et Raphaël se regardèrent d'un air entendu puis se dirigèrent vers la chambre d'Adam.

"Attendez, s'exclama le docteur, le docteur Alètheia est à l'intérieur !"

Ils entrèrent quand même.


"Je n'ai pas trouvé de boulot.
- Tu fous rien plutôt.
- J'ai un petit appart' mais le loyer est cher. Les dettes s'accumulent…
- Je vois. Tu veux de l'argent c'est ça ? Tu profites de ta convalescence pour me forcer à avoir pitié de toi ?
- C'est si évident que ça, demanda Adam d'un air contrit.
- Ce qui est évident, c'est que la Fondation n'a rien à voir avec l'empoisonnement, déclara Dorian."

Sophie se retourna pour voir ces deux collègues, les bras croisés et l'air assez remonté.

Raphaël s'avança :

"Il s'est bien foutu de nous. Il s'est lui-même empoisonné."

Sophie ressentit de l'irritation en elle, presque de la colère. Ce qui était cliniquement impossible. Les médecins lui avaient bien dit que cela ne pouvait arriver que grâce à un miracle. Ou à un connard. Du moins, c'était ce qu'était Adam. Elle se précipita vers lui :

"Tu me traques c'est ça ? En plus d'être pyromane, tu n'es qu'un vulgaire mythomane ? Qu'est-ce que tu me veux ? Qu'est-ce que tu veux ? Comment sais-tu pour la Fondation ?
- Je ne connais pas cette… Fondation. Mais l'autre-là…"

Il désigna du menton Dorian.

"… avait eu l'air de tilter lorsque j'ai regardé ce logo. Il m'a demandé si les flèches allaient vers l'intérieur, j'ai juste approuvé."

La gifle fut cinglante. Dorian n'essaya même pas de la retenir.

"Tu sais que tu es en très mauvaise posture, demanda Sophie. Ici, on aime pas les fouineurs, je peux te faire disparaître juste en claquant des doigts.
- Je sais, mais tu ne le feras pas, affirma Adam.
- Et pourquoi donc ?
- Parce que tuer son frère n'est pas bon pour ta carrière, peu importe qu'elle est cette carrière d'ailleurs…"

Sophie crut qu'elle allait hurler. Elle ne contrôlait plus rien. Raphaël le vit et regarda avec anxiété Dorian qui écarta une nouvelle fois Sophie de son frère. Raphaël s'avança et fit craquer ses doigts :

"Bien mon cher Adam. Ça se voit que tu ne nous connais pas, mais alors pas du tout. L'organisation ici présente n'aime pas les fouineurs dans ton genre. Il y a donc deux hypothèses quant à ton avenir… Ici, ce n'est pas la Fonda. On n'a pas d'amnésiques. Alors soit tu es recruté, ce qui est fort peu probable, soit tu manges les pissenlits par la racine. Est-ce clair ?
- Clair comme de l'eau de roche."


Le Haut-Commandement avait tranché. Dorian leur avait fait part du comportement étrange de Sophie à l'égard de son frère ce qui dérangeait l'Insurrection. En effet, Sophie était plus utile lorsqu'elle ne ressentait pas d'émotion. Si elle commençait à en ressentir, elle pourrait avoir pitié pour les prisonniers. Ou pire… Elle pourrait avoir de la compassion.


Sophie regardait l'incinérateur avec indifférence. Elle avait accepté la décision du Haut-Commandement avec soulagement.
Dorian posa sa tête sur l'épaule de Raphaël qui le prit dans ses bras.
Tous regardaient le corps d'Adam partir en fumée.
Sophie le regarda une dernière fois puis s'exclama :

"Bon débarras !"

Elle s'enferma dans son bureau. Quelque chose clochait. Il fallait qu'elle s'enfonce dans les ténèbres. La seringue fut prête, elle injecta le produit et s'enfuit dans le royaume des songes.

Une lame salée perlait le long de sa joue.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License