Fichier aléatoire

Téléchargement du fichier terminé, vous pouvez maintenant accéder au document de l'objet…

loading-bar%20%281%29.gif

Actuellement affiché : Case 11 - Condoléances (notation 2) Cliquez ici pour la page actuelle.

notation: 0+x

Il jeta un dernier regard au miroir, à ses cheveux brun soigneusement rangés sur un côté, ses yeux verts vides de toute expression et a ce foutu nœud de cravate qui lui avait pris pratiquement mis une demi-heure à faire. Il détestait les cravates, il détestait les costumes, il détestait les cérémonies, il détestait les enterrements. Il se traîna jusqu'à la fenêtre, la pluie torrentielle noyait les carreaux. Au moins la météo serait en accord avec son humeur. Prenant le parapluie qui moisissait dans un coin de sa chambre il marcha jusqu’à sa porte. La pluie redoubla d'intensité résonnant dans le couloir au murs défraîchis. Alors qu'il s’apprêtait à sortir du bâtiment une main se posa dans son dos. Il se retourna, Brise se tenait derrière lui. Elle avait troqué son cache œil en cuir pour une paire de lunettes noires et sa jambe de bois pour une prothèse en plastique. Elle lui sourit.

Un sourire doux, bienveillant et rassurant. Comme elle les faisait si bien. Un sourire des grandes occasions.

"-Ça ira ?"

Elle avait parlé doucement, sa voix avait légèrement tremblé. Il ne répondit pas, son visage resta impassible. Il n'avait pas dit un mot depuis quatre jours, depuis "l'incident". Il se souvenait de chaque détail. L'homme qui s'approchait de lui et qui lui avait dit sans vraiment d'émotion dans la voix " il y a eu un incident" comme s'il avait été une simple marionnette. Comme si la nouvelle n’étais pas si importante que ça.

Comme si la mort d'un commandant importait peu.

Au début il n'avait pas réalisé, il avait pensé à un incident matériel ou à une blessure superficielle . Il avait toujours trouvé ridicule d'utiliser des métaphores pour annoncer un décès, en fait ça sonnait comme de l'irrespect pour le mort en question.

"-Luka"

La voix de Brise l'arracha de ses pensées. Il se contenta de hocher la tête pour la forme.

Ce serai son motto du jour "sauvegarder l'être par l'apparence"

"-…elle manquera toujours à ceux qui l'ont connu car elle était et sera toujours une amie et une camarade admirable. Ainsi retenons tous que la vraie valeur d'une vie…"

Le discours n'en finissait pas. Il en avait presque mal au crâne mais il laissait couler préférant détailler l'assemblée. Une grande partie de la Base-02 ainsi que quelques personnes des Bases-06 et 11. Il avait été surpris de voir la famille Jacob au complet, une petite partie des gens de Simeris dont la sublime Noémie, une partie des infirmiers, la jeune femme rousse au yeux verts dont il ne se rappelait pas le nom était là et bien évidemment ses camarades de Windgod il en oubliait la plupart. La main de Brise serra la sienne un peu plus fort.
Elle avait recommencé à trembler, un peu plus fort. Comme si elle était au bord de l’effondrement comme après… L'incident…

C'était quoi déjà cette foutue phrase ? ah ouais :

"-Il y a eu un incident .
- Un problème avec la bombe ?"

Sur le coup il n'avait pas su tout imaginé entendre ce qui allait suivre, pour lui c'était une opération réussie, sans trop de pertes et avec une bonne dose de frayeurs pour l'ennemi.

"- en quelque sorte… Venez voir par vous même."
Et il avait vu en effet. Un corps carbonisé, une combinaison fondue dans les chairs et des mains aux os apparents. Une violente odeur de brûlé et de plastique chaud, une odeur insoutenable qui lui retourna les tripes. Quelques débris d'explosifs avaient déchiré la peau par endroit. Ironiquement son visage était serein, doux et ressuré. Comme si elle s'était attendu à exploser avec sa charge. Le badge fixé à la combinaison était encore parfaitement lisible : "Commandant Rebecca Jacob".

"-…A la demande du commandant Jacob je vais lire une partie de son testament : " Je donne mon grade de commandant d'EIT (même en sachant que certains dont lui vont gueuler et ceux là ils vont prendre mon pied au cul depuis l'au-dela.) à mon second Luka Alizé et lui donne la formelle interdiction de démissionner."

Il regarda le fond de son verre, il n'en revenait pas, même morte elle continuait à lui prendre la tête. Il leva les yeux vers la pendule mal fixée, minuit et demi.
Dans deux minutes ça ferait 5 jours.

"- les gars j'paye la prochaine"

Ses premiers mots depuis son premier mort.

Il descendit le verre dans sa gorge et héla le serveur. Il avait encore l'odeur du brûlé bloqué dans l’œsophage. Il demanda la même chose. Il ne se souvenais plus vraiment comment ils étaient arrivés dans ce bar mais ils étaient tous serrés sur la banquette miteuse. Le taux d'alcool de leur groupe devait dépasser l’hectolitre mais ils en avait besoin. Ils ? Non il en avait besoin. Il voulait oublier le plastique froid, la pluie, la mort, le cimetière, les bombes, son combat quotidien. Il avait abandonné la cravate dans le dernier bar ou ils étaient passés.Brise dormait paisiblement sur un coin de la banquette la tête sur l'épaule de Noémie. Le jeune serveur posa les verres sur la table. Il ne put s'empêcher de le détailler au passage. Même bourré et crevé il ne perdait pas ses habitudes. En croisant son regard les joues du garçon foncèrent légèrement. Luka se dit qu'il avait peut être trouvé de quoi ne pas passer sa nuit seul avec un cul pareil. Replongeant son regard vide dans son shot il cria d'une voix forte ,et bancale, en levant l'alcool.

"-A l'abrutie qui m'a filé un poste que voulais pas, 500 hommes à gérer, une note de bar avec bien trop de zéros parce qu'elle ne sait pas charger une bombe et aussi à la meilleur commandant d'EIT du monde… F'in du mien de monde quoi… Bref à Rébecca !"

L'alcool descendit le long de son œsophage entraînant sa nausée et le goût amer du deuil avec lui.

Pour noter ou commenter la page que vous venez de lire, cliquez ici : Case 11 - Condoléances

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License