Une dette sous-estimée
notation: +9+x

Le vacarme était assourdissant, l’énigmatique bruit de découpe retentissait dans la soute de l’appareil, et, en résonnant ainsi, donnait une étrange impression de surnaturel calme.
Le mastodonte métallique tanguait dangereusement, soulevant le cœur, et par deux fois vira brusquement sans crier gare. Parfois, l'appareil semblait chuter à travers le néant, de manière étrange et inexplicable. Le métal était glacial, et les membres semblaient éviter d'entrer en contact avec les parois.
Pour un observateur extérieur, une silhouette sombre traverserait le ciel rougeoyant de l'aube, tout feux éteints, et surmonté d'une gracile auréole tournoyante.
Personne n'esquissait un sourire, personne ne parlait. Seul le bruit de déchirure de l'air par les pales de l'hélicoptère rompait le monotone silence, mais, en tendant une oreille attentive, on parvenait à discerner du bruit des pales des bruits secs, et répétitifs. Ceux dont l’ouïe était excellente pourraient même entendre une étrange et mélancolique sonnerie modulée.
Le point de largage était proche, et l’angoisse montait lentement, prenant au cou, et semblant ne pas lâcher l’équipe, telle une pieuvre tentaculaire qui étouffait chaque membre du groupe.
Un homme se leva en saisissant la poignée jaunâtre qui pendait mollement au plafond, telle un corps ligoté et pendu, et son ombre s’allongea au fur et à mesure qu'il se relevait, comme un monstre de l'obscurité profonde. Il baissa d'un mouvement vif son cache-cou blanc, et commença à crier pour couvrir l’assourdissant bruit des pales qui semblait arracher des cris d'agonie à l'air extérieur :
"- Bon, messieurs, nous approchons du point de largage, et nous devons nous tenir prêts."
Il reprit sa respiration, et finit par lâcher :
- Vous connaissez la procédure, l’appareil va se stabiliser à dix mètres du sol, et on descendra par la corde, on a deux minutes de débattement avant que les ennemis arrivent au contact, donc grouillez-vous de descendre, n’oubliez pas, branchez-vous sur le canal 14, et ce canal n’est pas fait pour raconte votre vie, compris ? N'oubliez pas, j'ai ajouté sur votre PdA les autres ordres, compris ? Un dernier point, les munitions au phosphore blanc sont bien sûr autorisées. Compris messieurs ? HOO-HAA !"
La soute qui désormais arborait une lumière rougeâtre et fantomatique résonna de HOO-HAA sonores, de diverses insultes et caquetages, et de blagues d’humour noir.
La cohue cessa quand les hauts parleurs crachèrent avec un grésillement mécanique sonore
"-Drop dans 10 secondes !"
Immédiatement, les agents mirent en placent leurs casques, scellèrent leur blanche combinaison, et épaulèrent leurs armes. Les hauts parleurs beuglèrent comme un agonisant une dernière fois
"-DROP !"
La lourde porte arrière de la soute s’ouvrit alors dans un long et torturé crissement suraigu qui aurait rendu sourd un bon nombre de gens.
Devant les agents, un sol neigeux et rougeoyant de l'aube se faisait entrapercevoir, et, à une trentaine de mètres, une noire fortification était visible. Les hommes descendaient par la corde un par un, et une fois les 9 agents à terre, E.N.I.G.M.A. pratiqua lui aussi la corde. Ses mains chauffèrent durant la descente à cause de la friction entre ses gants blancs et la corde rugueuse.
Lorsque son talon foula le sol, il aperçu les premiers ennemis.
Les autres agents tiraient à feu nourri sur les ennemis, et il put entrapercevoir des ennemis s'écrouler sous le soudain et inattendu rideau de feu qui se dressait violemment contre eux.
L'hélicoptère pivota et fit feu de ses lances missiles, déclenchant un tonnerre de flammes et d'explosions. Les panneaux latéraux s'ouvrirent lentement, permettant à deux hommes de se placer sur eux de chaque coté. Les combinaisons ignifugés des hommes étaient reliés par des masques respiratoires à l'engin, afin de les protéger d'un éventuel accident. Elles étaient gonflées, en surpression, ce qui donnait un léger air comique à la scène.
Les hommes saisirent des courts tubes et visèrent les ennemis. Un lumineux rayon blanc sortit de chaque tube, et traça vers les forces opposés, et, au contact du sol froid détonnèrent en un feu blanc qui semblait vivant, qui donnait l'impression que les flammes dévoraient ennemi par ennemi dans un tonnerre d'hurlements et de chair brûlée. Une odeur de graisse brûlée parvenait jusqu’à ses narines, ce qui le réjouissait fortement. Il saisit son arme qui était empactée dans son dos.
Il s’allongea sur le sol, et épaula son arme. Il faucha la première vague d'ennemis afin de permettre à ses hommes d'avancer.
Il était heureux.
Un discret sourire se dessina sur ses lèvres, il allait désobéir à des ordres et en user d'autres, mais personne ne le remarqua, son cache cou étant remonté. Il ajusta son respirateur, et cria d'une voix forte en brandissant un poing rageur :
"-J'te revaudrais ça mon pote" !

Le fauteuil du bureau crissait quand la personne qui siestait dessus se mouvait. Il remua une dernière fois dans un crissement sonore, et commença à porter la tasse de thé à ses lèvres.
Il but une gorgée du précieux liquide, savourant ce breuvage.
On ouvra sans crier gare la porte, ce qui eut comme effet de le surprendre. Il posa la tasse sur la liasse de papiers la plus proche et releva lentement la tête. Il entama :
" - Qui vient m'ennuyer durant ma pause, il a intérêt à avoir une bonne raison, et si c'est le bourge qui me sert de supérieur, c'est ma pause et …"
Il ne put finir sa phrase, la porte claqua, et personne n'était entrée.
Il se questionna, et d'un regard aperçut la lettre qui était désormais posée sur la table. Une belle enveloppe noire, avec le logo de NightWatch. Il s'approcha en fulminant, et saisit entre le pouce et l'index droit la lettre, et attrapa avec sa main gauche le coin supérieur de l'enveloppe.
Il la déchira d'un coup sec, et attrapa la missive entre ses doigts.

À l'attention du Personnel

Bonjour, ou plutôt bonsoir cher Cm. ENIGMA,

Je vous écris suite à notre entrevue dans la cantine de la Base-02, en espérant que cette lettre arrive à bon port, et soit lue par la bonne personne.

Lors de cette entrevue, j'ai permis, grâce à quelques conseils sur l'approche à adopter lors d'une attaque sur un site ennemi, de réaliser une opération sans avoir à faire de sacrifices.

Je désirais savoir si l'opération a fonctionné comme prévu, et si votre unité en est indemne.

Recevoir de l'aide de quelqu'un comme moi est assez rare, et peu de gens ont pu disposer d'un tel privilège.

Nous avons permis d'éviter que le sang coule parmi nos rang, et aucun de vos hommes n'a succombé au chant des balles.

NightWatch a aidé Climbs et espère que dans la situation inverse, nous pourrions compter sur vous.

À bon entendeur, Cordialement,

Cm. Lightning

Oserez-vous entrer dans les ténèbres ?


Une fois la lecture finie, il attrapa une chemise en carton noir et inscrit au feutre blanc sur la partie supérieure de son écriture personnelle :
"Affaires avec les nocturnes"
Il envoya par la suite un message officiel Climb au Commandant Lightning dans une enveloppe blanche légèrement bleutée marqué d'un flocon :
-

Bon pour un service, dédié au Commandant Lightning



Salutation mon ami, enfin, si vous acceptez que je vous nomme ainsi.
Au nom de l'EIT Climb, je vous remercie infiniment, aucun de nous n'a succombé, et seul un agent à connu la morsure des balles, et s'en est vite remis.
Ce fut une réussite.
De plus j'ai pu me moquer du petit bourge qui est mon supérieur, et ça c'était excellent !
Nous avons une dette envers vous, et nous l'honorerons.
Ce "bon" pour une redevance, conservez le je vous prie, et si vous me demandez quelque chose, présentez-le moi, et je devrais l'honorer.
Commandant E.N.I.G.M.A.



Une dette, pensait-t-il, n'avait jamais tué personne…
Il se trompait lourdement.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License