Valses mortelles
notation: +5+x

Il se releva, serra sa rapière, et repartit à l'assaut.
Il donna un coup d'estoc que son adversaire esquiva de peu.
Il recula d'un pas puis se lança de nouveau vers son opposant.
Les lames s'entrechoquèrent.
"Salut les mecs !"
Il s'écarta de son opposant.
Agent Dean Lance
Le troisième second de l'EIT NightWatch venait d'entrer dans la pièce.
Il rengaina sa rapière.
Son opposant fit de même.
"- Encore à vous entraîner, questionna Lance.
- On est jamais assez prêts !"
C'était son adversaire qui avait répondu, tandis qu'il jaugeait silencieusement celui qui avait manqué de le tuer à peine quelques secondes avant…
Le Commandant Alfred Moon
"- Si je suis venu vous chercher, c'est qu'on a de nouveaux ordres.
- OK, je vais voir ce dont il s'agit. Jeff, on se retrouve au poste de commandement."

Cela faisait deux mois maintenant que l'EIT NightWatch avait été formée, et malgré quelques dissensions entre certains agents, NightWatch fonctionnait plutôt bien.
Il était fier du résultat, et il pouvait.
Il était, avec le Cm. Moon, le cofondateur de cette EIT n'opérant que de nuit.
Ils étaient 25 au total : Moon et lui qui commandaient, ensuite venaient les 3 lieutenants, puis 4 équipes de 5 agents, 3 actives, et une équipe de réserve.
Tout allait parfaitement bien : ils étaient efficaces, s'entendaient bien dans la majorité, et puis, il y avait le deuxième lieutenant…
L'agent Sonya Angel Orion-Melancholy : une femme qu'il avait recrutée, puis qu'il avait entraînée.
Il aimerait bien la connaitre plus, mais le gouffre entre elle si réservée, si fermée, si sérieuse, et lui qui passait son temps à parler fort, à rigoler, paraissait si grand…
Il pensait qu'il deviendrait sérieux après sa première opération avec NightWatch, mais non : rien pour lui faire fermer sa grande gueule…
Un jour, il serait sérieux, concentré, mais en attendant, il fallait aller au centre des opérations.
Il marchait dans le couloir, aux cotés de Lance et de deux autres agents, rigolant avec eux, ils étaient détendus à l'idée de voir en quoi consistait cette deuxième opération de nuit.

Un manteau noir, sa rapière, une fiole de Larmes de Lune, un fusil de sniper, et son Five SeveN.
Il était étendu dans le sable, à ses cotés se trouvaient 5 agents, Moon, Lance, et Melancholy.
Lance et Moon devaient partir avec les agents dans peu de temps.
Un assaut dans le désert, pas le terrain le plus accueillant.
Melancholy devait le protéger d'une éventuelle attaque surprise.
Moon lui tendit une fiole de Larmes de Lune.
"- Tiens, prend en une de plus, on sait jamais, j'en ai emporté trop, ça pourrait t'être utile.
- Merci"
Il prit la fiole, et la mit dans sa sacoche, aux cotés de la première fiole.
Son œil gauche ne distinguait que des ténèbres, tandis que son œil droit, lui, voyait aussi clairement qu'en plein jour.
Il se mit en position, attendant le signal.

Ils couraient.
"- PUTAIN, C'EST QUOI CE BORDEL ? cria-t-il à l'attention de Sonya.
- J'EN AI AUCUNE IDÉE, MAIS T'AS PAS INTÉRÊT À CREVER !"
Ils avaient entendu des coups de feu, des cris, et une tempête de sable s'était levée.
Ils se mirent à l'abri de la tempête, s'assirent et firent un point sur la situation.
Sonya déplia une carte, et sortit un feutre.
"- Donc, les coups de feu provenaient du nord, ça veut dire que…
- L'équipe 1 a foiré son infiltration." compléta-t-il
L'équipe 1…
10 soldats et un lieutenant…
Soit ils avaient été contraints d'utiliser leurs armes à feu, soit ils étaient morts…
"- Mais, si ils ont foiré, ça veut dire que l'équipe 2 n'a pas atteint son objectif, non ? Lança-t-il
- Ouais, ils n'ont pas nettoyé la zone nord. Y a pas eu de coups de feu de leur coté, ils s'en sont sortis ? demanda-t-elle
- Ce serait un problème de timing ? J'y crois moyen, ils avaient largement le temps d'y aller non ?"
Ils restèrent silencieux, la tempête se calmait…
Il avait envie de parler, il avait besoin d'engager la conversation.
"- Tu devrais te mettre des Larmes dans les deux yeux, on risque d'en avoir besoin. suggéra-t-il
- Ouais, je pense que tu as rai… commença t'elle
- RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !" hurla-t-il
Elle se lança vers lui, qu'était-il arrivé ?
Elle vit alors : la fiole était grande ouverte, et vide.
Il hurlait de plus belle, à s'en déchirer la voix, un hurlement qui vous glace le sang.
"- Merde, ça va ? demanda t'elle.
- PUTAIN JE VOIS PLUS RIEN !" hurla t'il.
De légères volutes vertes s'échappaient de ses yeux.
"- Je vois que dalle ! cria-t-il
- Calme toi, je vais t'aider." lui dit elle, d'un ton rassurant
En réalité, elle n'avait aucune idée de comment ils pouvaient s'en sortir.
Il ne hurlait plus.
"- La douleur est supportable ? demanda-t-elle
- Non, mais c'est pas comme si j'avais le choix" répondit il, d'un ton cassant
Il s'ensuivit un silence gêné…
"- Désolé, je voulais pas te blesser… s'excusa-t-il
- Pas grave dit-elle, en lui attrapant la main."

"Je vais ranger l'équipement, ne bouge pas, d'accord ? reprit-elle d'une voix douce
- Ok"

Ils marchaient vers le point de rendez-vous en cas de problème.
Elle lui tenait la main, le guidant à travers des ténèbres qu'il ne saurait percer.
Elle se retourna soudainement.
"- Il se passe quoi ? demanda-t-il
- On est suivis, pas des alliés.
- Merde, bon, mon œil droit n'est que partiellement touché, j'y vois vite fait, mais je suis pas au top.
- C'est mieux que rien"
Elle sortit un Five SeveN, qu'elle pointa vers la source des bruits.
Se jeta alors sur elle un homme, armé d'un poignard.
Elle tira, mais aucune détonation ne se fit entendre.
Merde, enraillé
Elle n'eut pas le temps de prendre une autre arme ou de s'écarter qu'elle était déjà à portée de son assaillant.
Elle ferma les yeux.
Un chuintement se fit entendre.
"- T'as pas intérêt à crever. lui dit Jeffrey
Elle leva la tête.
Son agresseur était face à elle, la tête tranchée d'un coup de rapière.
Elle se retourna vers Jeffrey
- Merci. murmura-t-elle, tandis qu'il se faisait un bandage autour de l’œil gauche.
- Je vois à peu près de l’œil droit.
- Ça fera l'affaire. répondit-elle
- Les flingues sont niqués par le sable. dit-il en jetant son fusil de sniper. On y va, faut pas rester immobile." termina-t-il

Ils arrivaient au point de rendez vous.
Ils étaient seuls…
"- On fait quoi ? Débuta Jeffrey
- On attend un peu, et on se casse si personne ne vi—
- Attention !" cria Jeffrey en poussant Sonya
Un couteau de lancer noir comme la nuit venait de frôler le visage de Jeffrey.
"- Merde, c'était quoi ?
- Un couteau NightWatch dit-il en ramassant l'arme. Celui de…
Moon.
- Mais c'est quoi ce bordel ?
- La fiole piégée, c'était Moon qui me l'avait donné… Et l'équipe 2 devait être couverte par l'équipe de Moon…"
Il dégaina sa rapière, et se tourna.
"- Tu vas où ? demanda-t-elle
Il se tourna vers elle, et c'est là qu'elle comprit.
Son iris droit avait perdu toute vie, un regard vide, comme si l'humanité en avait été aspirée.
- Mon œil droit suffira." dit-il simplement
Il serra sa rapière, marchant vers l'endroit d'où le couteau avait été lancé.
Un sifflement se fit entendre.
Il fit un pas de coté, tandis qu'un deuxième couteau de lancer se logeait dans le sable.
Il continuait à avancer, calmement, déterminé.
Il bougea rapidement ses doigts.
Sur ta droite, Lance
Sonya s'élança vers sa droite, tandis que Jeffrey arrivait de l'autre coté de la dune le séparant de Moon.
"- Mes Larmes t'ont été utiles ? demanda ce dernier, moqueur.
- Viens vérifier." dit calmement Jeffrey.
C'était comme à l'entrainement : au moindre faux pas, c'est la mort.
Il n'y avait plus d'issues, aucune alternative.
C'était se battre ou crever.
"- M'accorderez vous cette danse ? Le railla son adversaire en se mettant en garde.
- C'est ta tête qui va valser." Répondit Jeffrey.
Rapière contre rapière.
Commandant contre commandant.
Il devait gagner.

Leur valse durait depuis quelques minutes, et aucun des deux combattants n'était seulement blessé.
Son œil gauche ne lui faisait plus mal, mais cela lui donnait un énorme désavantage, un angle mort beaucoup trop grand à son gout.
Merde, à ce rythme, il m'aura à l'usure.
Ce combat durait depuis trop longtemps, et son adversaire était plus endurant.
Je ne peux pas crever maintenant, j'ai laissé trop de choses derrière moi.
Il s'accrochait à cette idée, cependant, il savait pertinemment que plus rien ne le retenait ici.
Soudain, il la vit, au loin, en train de se battre contre Lance.
Il avait une raison de vivre.
Une attaque venant de son angle mort, il la vit au dernier moment.
Il se baissa pour esquiver, la lame frôla son visage, lui arrachant le bandeau cachant son œil gauche.
Son visage n'était qu'à quelques centimètres de celui de Moon.
Leurs yeux se rencontrèrent.
Son adversaire tressailli.
Un murmure.
"- Merci pour le couteau."
Il s'écarta tandis que s'effondrait son adversaire, un couteau de lancer planté dans l’œil gauche.
"- ENCULE ! cria ce dernier
- Oui, tes Larmes m'ont été utiles" termina Jeffrey.
Il se tourna, et vit Sonya aux prises de Lance.
Il s’apprêtait à lui porter secours quand il vit un éclat argenté provenant d'une dune sur sa gauche.
Il se jeta à terre, tandis qu'une détonation résonnait dans le désert.
Il entendit le sifflement de la balle le survolant.
Il se releva, et fonça.
Il atteignit le sniper avant que celui-ci n'ait eu le temps de recharger.
Donc les autres lieutenants étaient dans le coup.
Sa rapière siffla.
Il se retourna.
Des bruits de métaux s'entrechoquant lui rappelèrent que le combat n'était pas encore terminé.
Sonya était aux prises avec l'ambidextre qui était autrefois son allié.
Jeffrey s'élança.

Lance était à genoux, couverts d'entailles, désarmé.
"- Tuez moi, si vous ne le faites pas, ils le feront pour vous.
- Pas encore… commença Sonya. Dit nous d'abord où il est.
- De qui vous parlez ? demanda Lance
- J'ai vu le reflet d'une lame durant notre combat, vous n'étiez pas seuls" lâcha Sonya.
Lance sourit.
Merde
Sonya se jeta sur Jeffrey, le plaquant au sol.
Un couteau se planta dans le sable, là où était Jeffrey à peine quelques instants avant.
Sonya attrapa la lame, et la lança sur l'ancien lieutenant.
"- Au moins, il nous poignardera plus dans le dos. Souffla-t-elle.
- Merci." répondit Jeffrey.
Les yeux de Sonya se plongèrent dans ceux de Jeffrey.
Elle délia son masque, qui tomba sur le coté, dévoilant une cicatrice courant sur le bas de son visage.
Le sourire de l'ange.
Ils s'embrassèrent.
L'instant d'après, ils se relevaient.
Sonya serra son couteau de combat, Jeffrey sa rapière.
On crèvera pas cette nuit.
"- Je vois." dit-il.
Elle comprit.
Une dizaine de soldats les entourait.
Ils s'élancèrent.

Elle était dans le noir.
Ils étaient assis à l'arrière d'une camionnette, on était venu les chercher.
Il n'y avait pas de lumière, et les effets des Larmes de Lune s'estompaient.
Elle sortit sa fiole de Larmes de Lune, et s'en mit une goutte dans l’œil droit.
"- Pourquoi tu t'en remet ? Demanda Jeff.
- Bah les Larmes de Lune ne font plus trop effet. répondit-elle, déroutée par cette question
- Merde, t'as raison. J'ai pas vu d'affaiblissement des effets alors que ça fait plusieurs heures…
- T'en a bouffé une sale dose, c'est pour ça.
- Ouais, sans doute. Termina-t-il"
Et, tandis que l'adrénaline retombait, il sentit une douleur lancinante lui tirailler la jambe gauche.
Il se pencha pour examiner sa jambe.
Il saignait.
Mais ce n'était pas le problème.
"- Sonya, tu vois quoi là ? dit il, en pointant la blessure.
- Euh, tu saignes. répondit-elle, déconcertée.
- Oui, mais le sang, tu le vois bien rouge ?
- Oui, pourquoi ?"
Merde
"- Je le vois gris. Ah non, si je regarde avec mon œil droit, je vois un rouge très fade, mais je le vois gris avec l’œil gauche. reprit-il
- Merde, tu ne vois plus les couleurs ?
- On dirait que non, ça doit être temporaire…
- Euh, Jeff ?
- Oui ?
- Faut que je te dises un truc par rapport à tes yeux."

Jeff sortait de l'infirmerie.
Les mots du docteur tournaient en boucle dans sa tête.
- Vos yeux ont été altérés de manière permanente. Pour l’œil gauche, vous ne verrez plus jamais les couleurs, par contre, vous aurez une nyctalopie parfaite. Pour le droit, vous avez une nyctalopie légère, et les couleurs sont moins intenses, plus fades.
- Et mes yeux redeviendront normaux un jour ?
- J'ai bien peur que non, mais je ne peux pas garantir ça à 100%.
- Et mes iris ?
- Même problème, je suis vraiment désolé.
Il avait réussi à garder une contenance face au docteur, c'était déjà ça…
Il devait retrouver Sonya à la cafétéria pour la tenir au courant.

Il était seul, dans sa chambre.
Il n'arrivait pas à dormir.
Cette opération hantait son esprit.
Moon, Lance, Sonya, les agents, les soldats, les Larmes de Lune.
Moon, Lance, Sonya, les agents, les Larmes de Lune.
Moon, Lance, Sonya, les Larmes de Lune.
Moon, Sonya, les Larmes de Lune.
Sonya, les Larmes de Lune.
Sonya.
Sonya.
Il ne savait pas quoi penser.
Que signifiait leur baiser ?
Lui en voulait-t-elle pour l'opération ?
Allait-t-elle bien ?
Comment s'était-t-elle faite cette cicatrice ?
Une phrase lui revint, prononcée par Sonya lors de leur repas, une vingtaine de minutes de cela.
- Ce que je cache sous le masque, garde le pour toi s'il te plait.
- Ok.
Il avait remarqué cette mine triste lorsqu'elle avait parlé…
Il se leva de son lit.

Il était devant la porte de la chambre de Sonya.
Il entendait un léger bruit venant de l'intérieur.
Il hésita longuement, puis toqua.
"- Sonya, tu es réveillée ? C'est par rapport à ce qu'il s'est passé tout à l'heure."
Aucune réponse.
Il remarqua que la porte était ouverte.
"- Euh, je peux entrer ?"
Il poussa légèrement la porte.
La chambre était plongée dans le noir.
Il les entendait clairement maintenant.
Des sanglots, provenant du fond de la pièce.
"- J'entre."
Il ouvrit la porte, se faufila, et referma derrière lui.
Il balaya la pièce du regard.
Il la vit, les genoux remontés devant le visage, en boule sur son lit, le dos contre le mur.
Elle pleurait.
"- S'il te plait, ne me regarde pas." murmura-t-elle.
Il s'approcha doucement, silencieusement.
"- Je suis hideuse, et faible. Pitié, part." murmura-t-elle de nouveau.
Il était proche d'elle désormais.
Il lui releva doucement la tête.
Elle lui jeta un regard suppliant.
Il essuya tendrement ses larmes.
"- Ne dis pas ça, tu es radieuse." murmura-t-il doucement, tendrement.
Il l'embrassa.
Elle ne pleurait plus.
La souffrance, la peur, la tristesse, le désespoir…
Toutes ces émotions avaient été chassées par la passion.

Ils étaient réveillés.
Elle sentait son cœur qui battait si fort.
Il était 9h30.
Ils s’apprêtaient à sortir.
"- Je t'aime. murmura-t-elle
- Je t'aimerai toujours." lui répondit-il, la voix pleine de tendresse.
Il caressa son visage, et ils sortirent.
Elle savait ce qu'il allait se passer.
Ils se dirigèrent vers le centre des opérations, là d'où provenaient tous les ordres.
Ils marchaient, déterminés, silencieux, le visage dur.
Il avait mis des lunettes de soleil pour cacher ses yeux, l'effet de surprise est un avantage certain.

Ils y étaient.
Ils étaient seuls avec le coordinateur général des opérations.
Un binoclard haut placé qui transmet des ordres.
Ce fut ce même binoclard qui démarra la conversation.
"- Bonjour, bien dormi ?"
Sonya était en retrait, ils avaient planifié le déroulement de cette entrevue.
Ce fut Jeffrey qui répondit.
"- Je ne vais pas y aller par quatre chemins, vous savez sûrement pourquoi on est là.
- C'est par rapport à l'opération de hier ? Je sais que ça doit être dur pour vous, mais vous savez, ce n'est pas notre faute si des traîtres ont fait échouer la mission.
- Je savais que vous diriez ça. Et je sais que ce n'est pas votre faute à vous.
- Que me voulez-vous dans ce cas ?
- Ce qu'il s'est passé cette nuit, c'est la faute du système tout entier.
- Le système entier ?
- Oui. Et ce que je veux, je vais vous le dire…"
Il enleva les lunettes de soleil et les écrasa au sol, dévoilant deux iris argentés.
Il fixa son interlocuteur dans les yeux.
"- Premièrement, l'EIT NightWatch est encore opérationnelle. On reforme une équipe, et on reprend du service. Deuxièmement, NightWatch va fonctionner un peu différemment par rapport aux autres EIT : on est indépendants, on ne reçoit plus d'ordres, plus de procédures, on nous dit juste ce que l'on attend de nous, et on le fait à notre manière. Et troisièmement, on recrute à notre façon, plus d'assignations, c'est nous qui désignons les potentielles recrues."
Son interlocuteur, d'abord déstabilisé par le regard de Jeffrey, se mit à rire.
"- Vous croyez qu'un simple agent comme vous peut arriver, et imposer ses règles comme ça, au système ? Mais vous vous prenez pour qui ?"
Jeffrey ouvrit un sac qu'il avait apporté, et en sortit une rapière, qu'il planta dans le bureau du coordinateur, puis sortit un couteau de lancer, qu'il planta à coté, puis une machette, puis un autre couteau de lancer…
À la fin, la surface du bureau était recouverte d'armes blanches de tous genres, plantées solidement dans le bois.
Puis, il sortit un Five SeveN, qu'il démonta rapidement, puis balança par terre les différents morceaux, puis un UZI, puis un fusil d'assaut…
Le bureau était recouvert d'armes blanches, certaines avaient une lame noire.
Le sol était jonché de pièces détachées d'armes à feu.
Le point commun entre toutes ces armes était qu'elles étaient tachées de sang, et qu'elles provenaient de l'opération de la nuit.
Il sortit sa rapière personnelle, et la pointa vers le coordinateur.
"- Un simple agent vous dites ? Ces armes, nous les avons arrachées à nos ennemis, armé d'une rapière pour ma part, et d'un couteau de combat dans le cas de Sonya. Donc, et je ne me répéterai pas : maintenant, les ordres, c'est terminé. On nous donne une cible, et on fait notre travail. Pour le reste, on s'en charge, contentez vous de nous transmettre ce qu'on vous demande, et on ne reviendra pas. Et faite en sorte que le message circule, je veux que ce qu'il s'est passé cette nuit, et ce qu'est devenu NightWatch se sache, je veux que tout le monde soit au courant, du Commandement Alpha à la dernière recrue arrivée il y a trois jours."
Ils allaient quitter la pièce, quand Jeffrey lança :
"- Refuser n'est pas une option."
Il ferma la porte.
Il se tourna vers Sonya, délia doucement son masque.
"- On va avoir du boulot, je peux compter sur toi ? murmura-t-il.
- Toujours." dit-elle
Ils s'embrassèrent.

Sauf mention contraire, le contenu de cette page est protégé par la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License